Le Smart Readiness Indicator (SRI) est un indicateur européen dont l’objectif est de valoriser les avantages qui peuvent être obtenus avec l’utilisation des technologies intelligentes, notamment sur le plan énergétique. Le SRI est facultatif aujourd’hui, mais il pourrait rapidement devenir incontournable pour le secteur du bâtiment en pleine transition numérique et énergétique. Cela en complémentarité avec le label R2S !

une notion issue de la directive européenne EPBD

L’efficacité et la performance énergétiques des bâtiments sont au centre des préoccupations, depuis la publication en 2002 de la directive européenne EPBD (Energy Performance of Building Directives), qui a déjà été révisée plusieurs fois. La seconde version de la directive du 19 juin 2018 introduit la notion d’évaluation du degré d’intelligence des bâtiments, à l’aide du système Smart Readiness Indicator (SRI) commun à tous les États membres de l’Union européenne. En 2020, une définition, une méthode de calcul et des modalités de mise en œuvre de ce système ont été élaborées.

un système pour évaluer les bâtiments sur des fonctionnalités apportées par le numérique

L’indicateur de potentiel d’intelligence SRI permet d’évaluer les bâtiments selon leur capacité à satisfaire trois fonctionnalités clés :

  • Optimiser l’efficacité énergétique et les performances globales en cours d’utilisation ;
  • Adapter leur fonctionnement aux besoins de l’occupant ;
  • S’adapter aux signaux du réseau.

Ces trois piliers sont ensuite déclinés en sept critères d’impact : efficacité énergétique /entretien et prédiction des pannes / confort / caractère pratique / santé, bien-être et accessibilité / information des occupants / flexibilité énergétique et stockage de l’énergie.

« L’indicateur SRI fournira aux utilisateurs finaux, aux propriétaires et aux investisseurs des informations sur les services fournis par le bâtiment et sur les avantages apportés, en termes d’efficacité énergétique, d’amélioration de la santé, du bien-être et du confort. En ce sens, le SRI représente un accélérateur de mise en œuvre des technologies numériques dans le bâtiment. »

Lidia Zerrouki – Déléguée Générale de la SBA

une phase de tests lancée en Europe

La méthodologie du calcul du SRI repose sur l’évaluation des services à potentiel d’intelligence que le bâtiment possède ou pourrait utiliser, regroupés en neuf domaines techniques : chauffage, refroidissement, eau chaude sanitaire, ventilation, éclairage, enveloppe dynamique du bâtiment, électricité, recharge des véhicules électriques, suivi et contrôle. Les bâtiments sont classés du moins au plus smart, sur une échelle allant de 0 à 4.

Quatre pays européens ont d’ores et déjà lancé une phase de tests du SRI sur leurs territoires, dont la France. Le CEREMA, qui pilote cette expérimentation, vient d’initier une démarche d’information à destination des professionnels du bâtiment pour y participer. Après la sélection et la formation des évaluateurs, la phase de tests démarre en juin 2022, pour un an renouvelable, et concerne dans un premier temps une trentaine de bâtiments résidentiels et tertiaires. Le vôtre, peut-être ?.

Pour aller plus loin sur le Smart Readiness Indicator

Revivez en vidéo la session d’information sur l’indicateur SRI d’évaluation du potentiel d’intelligence des bâtiments, organisée par le projet européen SmartBuilt4EU dont la Smart Buildings Alliance est partenaire.

Copy link
Powered by Social Snap

Nous utilisons des cookies sur notre site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Plus d’informations