Le bailleur social Angers Loire Habitat (ALH) a compris tout l’intérêt du numérique dans les bâtiments et équipe depuis une dizaine d’années ses immeubles. Mais parce qu’il déplore le manque d’interopérabilité entre les objets connectés des divers fabricants, il s’est intéressé de près au cadre référentiel de connectivité R2S. Une initiative et une démarche qui lui a permis d’obtenir en juin dernier la première labellisation pour un bâtiment social, avec sa nouvelle construction de l’Ilot Bellefontaine !

Quand l’office HLM Angers Loire Habitat a commencé à digitaliser ses immeubles, l’objectif était de sécuriser les 270 ascenseurs de son patrimoine et de maintenir ses 130 chaufferies collectives. « Au service de nos locataires, nous avons voulu poursuivre notre déploiement numérique, en nous associant avec des acteurs locaux comme Citélio, fournisseur d’objets pour l’habitat, rapporte Nicolas Poirier, Directeur du Patrimoine pour ALH. Des sondes d’ambiance ont ainsi été installées dans nos appartements, afin de réduire la facture d’énergie. »

Quand les objets connectés ne parlent pas d’une même voix

Toujours à l’avant-garde, ALH a même poussé un peu plus loin son expérience avec Citélio, en montant avec son partenaire un laboratoire d’innovation pour tester des nouveaux usages. Ils ont équipé les bâtiments avec des box de contrôle des VMC, pour être alertés sur d’éventuelles pannes, mieux contrôler le débit d’air et ainsi garantir une bonne qualité de l’air intérieur et éviter l’apparition de moisissures. « Dans les cages d’escaliers, nous avons posé des détecteurs d’ouverture des exutoires de désenfumage, poursuit Nicolas Poirier. Parallèlement, la domotique a commencé à entrer dans les appartements de nos locataires et nous avons été confrontés à une problématique : chaque nouvel objet connecté possède son propre protocole qui l’empêche de communiquer avec d’autres systèmes numériques. »

Des groupes de réflexion sur le bâtiment connecté

Pour ALH, cette situation devait évoluer et en 2018, Nicolas Poirier se rapproche des fabricants d’objets connectés et de la métropole d’Angers, fortement engagée dans la transition numérique comme le montre son projet territoire intelligent, pour trouver des solutions. « Nous avons intégré des groupes de travail au sein du cluster d’Ecoconstruction en Pays de la Loire NOVABUILD et de la SBA, se souvient Nicolas Poirier. C’est ainsi que nous avons contribué aux réflexions sur l’adaptation du cadre de référence R2S au résidentiel. Nous l’avons confronté aux usages dans nos logements sociaux et avons proposé un site pilote, pour qu’il serve de terrain d’expérimentation. »

Le bâtiment social de demain sera numérique

En cours de construction, l’Ilot Bellefontaine a donc été choisi par ALH pour illustrer le bâtiment social connecté de demain. Ce projet, réalisé par Bouygues Immobilier, est constitué de trois lots de logements, dont l’un est consacré à l’expérimentation : 22 appartements du T2 au T5, parmi lesquels neuf sont équipés pour des personnes âgées. Les acteurs de la construction ont relevé le défi et joué le jeu, en appliquant les critères du label R2S résidentiel. La filiale de Bouygues Construction Wizom a ainsi adapté son logiciel de centralisation et de pilotage des dispositifs techniques des logements et du bâtiment, tandis que le spécialiste d’interphonie Urmet a accepté de mutualiser son réseau IP et le réseau fédérateur de l’immeuble. Il a aussi permis d’accéder au logiciel Wizom, via son moniteur d’interphonie. Quant à la société OGGA, elle fournit une solution de pilotage de l’éclairage, des volets roulants et de la gestion de l’énergie via son module, lui aussi interconnecté avec le logiciel Wizom.

Des données protégées, sécurisées, transparentes

« Parce que nous avons suivi les exigences R2S, nos futurs locataires sont certains que leurs données sont sécurisées et protégées, assure Nicolas Poirier. Et pas besoin d’être un geek pour utiliser les services apportés par les solutions numériques ! Ce sont les appartements qui s’adaptent à leurs occupants, jeunes couples, familles, séniors… Tous les publics sont concernés. » Il suffit effectivement que l’usager appuie sur un interrupteur quand il sort de son logement, pour que le chauffage diminue, que l’éclairage s’éteigne, et, bientôt, que l’ascenseur arrive à l’étage… Depuis l’écran de l’interphone, on pourra piloter les volets et l’éclairage, superviser ses consommations d’énergie, suivre la température dans l’appartement et la qualité de l’air intérieur, mais aussi avoir des alertes incendie ou de contact de porte. Toutes les solutions communiquent entre elles !

Un outil d’exploitation efficace

Angers Loire Habitat se servira également de ces systèmes numériques, pour mieux gérer le bâtiment, en collectant les informations de températures, d’hygrométrie ou d’incidents. Un panneau d’affichage est installé dans le hall d’entrée de l’immeuble, pour échanger avec les locataires. « Nous nous donnons un an pour analyser si nos équipements numériques correspondent bien aux attentes des vingt foyers, avant de connecter d’autres bâtiments et d’ajouter de nouvelles fonctionnalités, comme l’e-santé, la conciergerie virtuelle ou le partage de bornes électriques, conclut Nicolas Poirier. Nous sommes ravis de démarrer cette aventure en ce mois de juillet, passant ainsi de la phase pilote du déploiement R2S à l’usage réel. Nous pourrons ainsi transmettre nos bonnes pratiques pour que notre expérience serve à la SBA. »

Dernière minute !


Le 31 août dernier, dans le cadre du Smart Buildings & Territories Summit qui se tenait au carré des docks de la Ville du Havre, l’ilot Bellefontaine d’Angers Loire Habitat s’est vu décerné le Grand Prix dans la catégorie « Immeubles résidentiels ». Coup double après l’obtention du label R2S 2 étoiles en juin dernier. Une récompense à la hauteur de l’engagement du bailleur angevin !
Copy link
Powered by Social Snap

Nous utilisons des cookies sur notre site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Plus d’informations