L’année 2020 a été une année charnière pour la SBA. Après 8 années d’existence, elle a fusionné avec la Fédération Française de Domotique. Ce rapprochement a évidemment entraîné de nombreuses transformations. Il a surtout donné une nouvelle impulsion, sur laquelle les futurs projets de la SBA peuvent s’élancer durant l’année 2021, en matière de développement, de travaux et de communication.  

En gestation depuis des mois, la fusion de la SBA avec la FFD a pris corps au début de l’année 2020. « Cette opération a monopolisé beaucoup d’énergie, confie Emmanuel François, Président de la SBA, pour une évolution très positive de notre organisation. »

La SBA a d’abord gagné un nouveau pilier, le Smart Home, piloté par François-Xavier Jeuland, en plus du Smart Building et de la Smart City, ainsi que plusieurs centaines d’adhérents. Ensuite, en doublant de taille, la SBA a décidé de renforcer sa gouvernance. « De 30 membres au Conseil d’administration, nous sommes passés à 40, organisés en différents collèges représentatifs (PME, ETI, grands groupes, collectivités…), décrit Emmanuel François. Nous avons également élu un nouveau bureau et constitué un Advisory Board, un Conseil d’orientation stratégique, présidé par Marc Daumas, pour soutenir nos décisions. »

Un développement au niveau des territoires locaux, nationaux et internationaux

En 2020, la SBA a poursuivi son développement et s’est fait connaître auprès des acteurs des Territoires, avec la ferme intention d’accompagner les maires, dans la transition énergétique et numérique de leurs villes. « Deux premiers outils ont été diffusés avec succès auprès des municipalités, rapporte Ella Etienne-Denoy, Vice-présidente Smart City. Il s’agit d’une série de 10 recommandations Smart & Green et d’une courte animation pédagogique pour les villes. » La SBA s’est aussi rapprochée des institutions professionnelles et du gouvernement, pour porter le numérique dans les projets de rénovation énergétique, notamment dans le contexte du plan France Relance. « Dans le cadre de cette coopération lancée en 2020, nous allons développer en 2021 un simulateur pour la rénovation énergétique pour guider les collectivités dans leur parcours de rénovation des bâtiments publics, annonce Sébastien Meunier, Vice-président Smart Building. Ce simulateur aura vocation d’éclairer sur les solutions numériques disponibles pour la rénovation des bâtiments via le pilotage. »

Enfin, le déploiement de la SBA à l’international a posé ses premiers jalons. Mallorie Claudel a dans cet objectif rejoint la SBA et la structure italienne a été officiellement lancée. « D’autres pays suivront, assure Mallorie Claudel. Le Luxembourg début 2021, puis l’Allemagne et les Pays-Bas, qui partagent déjà des projets avec la SBA. »

Des travaux et des projets qui prennent de l’envergure

Le cadre référentiel R2S a également pris de l’ampleur. Déjà une centaine de projets de bâtiments tertiaires répondant aux exigences R2S ont été réalisés ou sont en cours, en France et dans trois autres pays européens. En tout plus d’un million de m² connectés !

La version résidentielle du label R2S a été lancée au troisième trimestre 2020, 15 projets pilotes sont en cours et déjà cinq dossiers de labellisation ont été conclus, avec le support de l’USH (Union Sociale pour l’Habitat) et de promoteurs immobiliers. Les Commissions de la SBA ont aussi travaillé sur les déclinaisons servicielles de R2S, sur les volets énergie, mobilité, santé et bien-être, espaces et sécurité. R2S4Grids a été lancé en octobre 2020 ; R2S4Mobility, R2S4Care, R2S4Spaces et R2S4Security suivent en 2021.

« N’oublions pas tous les nouveaux champs d’investigation explorés par la SBA, rappelle Emmanuel François. La gouvernance des données, l’ontologie[1] commune pour l’IoT, les systèmes d’information du bâtiment, le cadre juridique, le cyberbuilding… Les sujets sont si nombreux, qu’il est difficile d’être exhaustif. Nous présenterons chacun d’entre eux au fil de l’année 2021 ou 2022, en fonction des avancées. » L’objectif sera d’embarquer et d’impliquer tous les acteurs concernés par la transition numérique : maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, industriels, assureurs, banques…

Une acculturation et une communication qui s’accélèrent 

Dernier chantier avancé en 2020 et qui s’accélère en 2021 : la communication. Outre la publication de thémas (Éclairage, Smart Hospital), de livres blancs (Intelligence Artificielle, Finance Innovation), plusieurs dizaines d’articles sur le blog et une vingtaine de vidéos téléchargées sur sa chaîne YouTube, la SBA a inauguré en 2020 de nouveaux formats : les ″Estivales″ (webinaires déclinés tout l’été et à l’automne présentés par les pilotes des Commissions), une courte vidéo animée pour les maires (Un atout pour la ville de demain), ou encore le Baromètre (synthèse sur un sujet d’actualité, à partir des témoignages et points de vue d’une dizaine d’acteurs du bâtiment et de la ville). En 2021, toutes ses communications vont se poursuivre, avec d’autres thémas (sur la mobilité, la gouvernance des data…), une nouvelle série d’Estivales, des baromètres, des webinaires, des événements… En plus, la SBA va passer ses messages par la voie de la radio tout au long de l’année, va s’élancer en mai dans un roadshow sur 5 villes et, surtout, lance en mars la SBAcademy, pour former et accompagner les donneurs d’ordre et les prescripteurs face à cette profonde mutation du secteur du bâtiment. « Nous nous engageons dans une communication plus puissante, plus claire, plus compréhensible, plus ciblée et plus proche du terrain, conclut Emmanuel François. C’est à cette condition que les messages parviendront à leurs destinataires et apporteront leurs résultats. »

[1] Ici, c’est une représentation des concepts dans le domaine des objets connectés, ainsi que les relations entre ces concepts. 

Copy link
Powered by Social Snap

Nous utilisons des cookies

Merci de confirmer si vous acceptez que nous enregistrions certaines données de navigation. Si vous déclinez, nous ne conserverons aucune trace de votre passage.